Fan Studies Network Conference 2014 : quelques faits saillants

Alors que le congrès du Fan Studies Network est terminé, voici quelques présentations ayant retenu notre attention. Nous remercions ceux et celles qui ont la gentillesse de partager les moments forts de ce congrès grâce au mot-clic #FSN2014.

Nele Noppe (Université de Louvain, Belgique) : Selling Fanworks Online in the United States and Japan: A Comparison of Kindle Worlds and DLSite.com
Alors qu’on se questionne sur la pertinence de commercialiser le travail des fans (ex. : les fanfictions), Noppe effectue une comparaison entre deux modèles de plates-formes rémunérant le fanwork : Kindle Worlds (plate-forme américaine depuis 2013) et DLSite.com (plate-forme japonaise depuis 1996). Il est intéressant de noter que Kindle Worlds a un plus grand contrôle sur les œuvres de fans (droits d’auteur, longueur du texte, prix, etc.) que DLSite.com, qui permet la lecture des œuvres sur n’importe quel appareil (et non seulement Kindle). Dans la conclusion de sa présentation, Noppe considère que Kindle Worlds ne devrait pas être présenté comme le modèle par défaut de la monétisation du fanwork et qu’il faut effectuer plus de recherche sur les modèles non-anglophones. (Source)

Abby Waysdorf (Université Erasmus, Rotterdam): My Trip to King’s Landing: Fan Tourism as Fan Practice
Waysdorf a effectué un travail de terrain ainsi que 31 entrevues auprès de touristes fans de Game of Thrones en Irlande du Nord et en Croatie, deux des lieux de tournage de cette série télévisée. Un des buts de cette recherche est de vérifier comment le tourisme fonctionne en tant que pratique de fan, mais aussi comment les personnes interagissent avec le lieu visité en tant que fans. Selon Waysdorf, la couverture médiatique du tourisme effectué par des fans est plus positive que d’autres pratiques de fans (Source). Cette pratique serait peut-être même considérée plus « sécuritaire », puisqu’elle n’expose pas les fans aux spoilers, qui sont souvent affiché sur les forums. (Source)

Rencontre avec Orlando Jones
Pendant une heure, l’acteur américain Orlando Jones, connu entre autres pour son rôle de détective dans la série Sleepy Hollow, s’est entretenu avec les participants via Skype. Ainsi, nous avons appris que ses collègues le considèrent fou concernant son engagement avec les fans et les études de fans (Source), que la plupart des créateurs n’ont aucune idée de ce qui se passe dans un fandom (Source) et que l’approche de M. Jones concernant les médias sociaux n’est pas la même, puisque ceux-ci ont des écosystèmes différent (Sources 1 et 2). Enfin, M. Jones prédit qu’en 2024, le fandom sera une communauté ouverte et remplie d’empathie. (Source)

Il serait impossible de résumer le reste des présentations, mais si vous souhaitez suivre le travail des autres participants, voici leurs comptes Twitter :

Zoë Shacklock (Université de Warwick, Angleterre): A Story About You: Racial Representation and the Welcome to Night Vale Fandom

Eoin Devereux (Université de Limerick, Irlande): “You’re Gonna Need Someone On Your Side” – Morrissey’s Latino/Chicano Fans

Sarah Ralph (Université d’East Anglia, Angleterre): On being an ‘encyclopaedic comedy nerd’: Television comedy workers and ‘professional’ fandom

Ruth Foulis (Université de Glasgow, Écosse): Producer-audience interactions: YouTube celebrities and their viewers

Emily Garside (Cardiff Metropolitan University, Pays de Galles): Immersive theatre and social media: physical and virtual experience of The Drowned Man

Ruth Deller (Université de Sheffield Hallam, Angleterre): ‘They’ve still not finished the bloody game yet’: Fan anticipation and ‘unticipation’ for The Sims 4
A decade in the life of online fan communities

Eva Hayles Gledhill (Université de Reading, Angleterre): Gendered Bricolage: Tumblr, Pinterest, and the 19th Century Commonplace Book.

Hannah Ellison (Université d’East Anglia, Angleterre): Lesbian Representation, the Abridged Version: YouTube and the International Lesbian Gift Economy

John Carter McKnight (Université de Lancaster, Angleterre): “I Think Beauty Will Save The World:” Fandom, Trolloviki, and Reverse Interpellation in the Spread of a Global Meme

Ysabel Gerrard (Université de Leeds, Angleterre): ‘“You make it so hard to be a modern postfeminist when you get so alpha male”: Online Fandoms, ‘Unworthy’ Women’s Popular Cultures, and Pretty Little Liars.

Ellen Wright (Université d’East Anglia, Angleterre): ‘Good Entertainment Value for a Certain Type of Filmgoer’: Cultural Distinctions, National Identity and Betty Grable Fandom in WWII Britain

Amber Hutchins (Université d’État de Kennesaw, États-Unis): Media Portrayals of Adult Fans of Disney (AFODs): Geeks, “Gangs” and Dapper Dans in Wonderland

Hannah Graves (Université de Warwick, Angleterre): Fandom in the Archive: Appeals for Heroism in the Gregory Peck Papers and Beyond

Nicolle Lamerichs (Université de Maastricht, Pays-Bas): A Fan Study of Indie Games: Interpreting Gaming Capital in The Stanley Parable

Agata Włodarczyk (Université de Gdańsk, Pologne): The differentiated picture of conventions: fanmade, nonprofit conventions in Poland

Hannah Priest (Université de Swansea, Pays de Galles): Shades of Grey: Indie Mash-Up Erotica and the Problem of Definition

Joanna Kucharska (Université jagellonne de Cracovie, Pologne): A Vague Disclaimer is Nobody’s Friend – Fanfiction Headers and Tags and Their Changing Role in Fandom

James Aston (Université de Hull, Angleterre): 21st Century US horror

Anastasia Fenald (Université de Californie, États-Unis): Fans want to be outed?

Emma Hynes (Université de la ville de Dublin, Irlande): Coronation Street: Fan Engagement and Viewership

Thessa Jensen (Université d’Aalborg, Danemark): Løgstrup’s ethics and a fan fiction writer’s vulnerability – the unspoken ethical demand

Maggie Parke (Chercheure indépendante, Royaume-Uni): Fans and gaming communities

Kelsey Ridge (University College de Londres, Angleterre): Early Shakespeare Fandom

Matt Hills (Aberystwyth University, Wales): Re-defining the Fan: Returning to ‘becoming-a-fan’ stories: theorising transformational objects and the emergence/extension of fandom

Francesco D’Amato (University of Rome, Italy): Investors and patrons, gatekeepers and social capital: representations and experiences of fans’ participation in fan funding

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s