J’ai lu : Post-Object Fandom : Television, Identity and Self-narrative

Je ne sais pas à quel moment j’ai appris l’existence de Post-Object Fandom : Television, Identity and Self-narrative, mais cela fait longtemps que ce livre fait partie de ma liste de livres à lire. J’étais curieuse d’y retrouver le terme post-object fandom, qui semble décrire le fandom après la fin d’une œuvre. Cependant, ce n’est que grâce à une carte-cadeau d’Amazon que j’ai enfin décidé à me procurer ce livre. Ce fut une bonne décision. Lire la suite « J’ai lu : Post-Object Fandom : Television, Identity and Self-narrative »

J’ai lu : Astérix chez les Québécois : un Gaulois en Amérique

Je dois l’admettre : même si je suis familière avec l’univers d’Astérix, je n’ai pas lu tous les albums. Par contre, comme bon nombre de Québécois, j’ai suivi plusieurs fois ses aventures animées lors des Ciné-Cadeau. Lorsque j’ai appris que Tristan Demers, bédéiste et auteur de Tintin et le Québec, avait sorti Astérix chez les Québécois en novembre 2018, je m’étais dit que je devais à tout prix critiquer ce livre pour mes collègues universitaires. Heureusement, je pouvais compter sur le soutien des Éditions Hurtubise, qui m’ont envoyé une copie de presse. Je les remercie du fond du cœur pour cette copie, qui a rempli mes moments de lecture du temps des fêtes.

Lire la suite « J’ai lu : Astérix chez les Québécois : un Gaulois en Amérique »

J’ai lu : Lire, écouter, écrire : initiation à la recherche en musique à partir des méthodes des sciences humaines

En août 2018, les Presses de l’Université de Montréal avaient publié Lire, écouter, écrire : initiation à la recherche en musique à partir des méthodes des sciences humaines. Juste à temps pour la rentrée des classes! Cependant, c’est en octobre, via leur infolettre, que j’ai pris connaissance de ce livre. Après un courriel avec leur chargée de projets, j’ai pu obtenir une copie de presse (et je la remercie chaleureusement pour cet envoi)! N’attendons plus et allons directement au résumé et à la critique de cet ouvrage de méthodologie! Lire la suite « J’ai lu : Lire, écouter, écrire : initiation à la recherche en musique à partir des méthodes des sciences humaines »

J’ai lu : YouTube Théorie

Après Le crépuscule des superhéros et Un Noël cathodique : La magie de Ciné-Cadeau déballée, je voulais ajouter un autre livre de la collection Pop-en-stock à ma bibliothèque d’essais. C’est ainsi que je me suis procuré le premier livre de la collection, YouTube Théorie, d’Antonio Dominguez Leiva.

Pour les habitués de mon blogue, ce nom vous est probablement familier. En effet, dans l’un de mes recensements d’articles, je mentionne cet auteur, qui s’est intéressé aux invasions de clowns maléfiques aux États-Unis et au Canada. Il fait également partie du collectif d’auteurs du Crépuscule des superhéros, avec son texte sur Judge Dredd et le superfascisme. Enfin, il est aussi l’une des personnes faisant partie de l’annuaire de chercheurs/chercheuses francophones et francophiles sur l’étude des fans et de la culture populaire.

Sans plus tarder, plongeons dans le résumé et la critique de son livre.

Lire la suite « J’ai lu : YouTube Théorie »

J’ai lu : The Darker Side of Slash Fan Fiction

Le slash est un genre de la fanfiction dans lequel deux personnes de même sexe (souvent masculin) forment un couple. Si pendant longtemps, les chercheurs en culture populaire associaient le slash à un désir d’une relation égalitaire, d’autres chercheurs se penchent sur le côté sombre du slash.

Avertissement : le livre suivant traite d’abus, d’agression physique et sexuelle, de dépression, de comportements autodestructeurs, d’abus d’alcool et de drogue, de racisme, de grossesse masculine, d’hermaphrodisme, de consentement douteux, d’orgie et d’autres sujets pouvant ne pas convenir aux coeurs sensibles. Lire la suite « J’ai lu : The Darker Side of Slash Fan Fiction »

J’ai lu : Télé en séries

À son départ un colloque international ayant eu lieu à Montréal en mai 2014, le projet Télé en séries s’est ensuite décliné sous différentes formes : une série de trois émissions diffusée par Canal Savoir, une exposition, puis une série d’essais, publiée aux Éditions XYZ. Grâce à leur générosité, j’ai obtenu une copie afin d’en faire une critique. Sa lecture fut longue (462 pages!), mais elle en valait la peine. Voici pourquoi… Lire la suite « J’ai lu : Télé en séries »

J’ai lu : Un Noël cathodique : La magie de Ciné-Cadeau déballée

En 2015, j’avais vu un sondage circuler sur les médias sociaux concernant Ciné-Cadeau. Excitée à l’idée de lire une recherche sur une programmation télévisuelle ayant marqué l’imaginaire des Québécois, j’avais contacté l’investigatrice de ce sondage, Stéphanie Roussel, afin qu’elle puisse m’aviser du moment de la publication des résultats. Deux ans plus tard, Roussel m’annonce la sortie d’un essai, consacré entièrement à Ciné-Cadeau et dirigé par elle.

Grâce à la générosité des Éditions de ta mère, j’ai pu obtenir une copie pour en faire la critique. Sans plus attendre, plongeons dans ce livre (de préférence vêtu d’un pyjama et buvant un breuvage chaud)!

Lire la suite « J’ai lu : Un Noël cathodique : La magie de Ciné-Cadeau déballée »

J’ai lu : Fan et gender studies : la rencontre

En juin dernier, les éditions Téraèdre ont sorti le livre Fan & gender studies : la rencontre. J’ai alors remarqué que l’un des directeurs de ce collectif d’auteurs est nulle autre que Mélanie Bourdaa, qui était également un des membres de l’équipe pédagogique du MOOC « Comprendre le Transmedia Storytelling ». Il me fallait ce livre.

J’ai effectué la commande vers la mi-juillet. Parce qu’il fallait commander ce livre directement d’Europe (alors que j’habite de l’autre côté de l’Atlantique), ce n’est que deux mois plus tard, soit à la mi-septembre, que je le reçois enfin entre mes mains. Lire la suite « J’ai lu : Fan et gender studies : la rencontre »

La culture populaire et les plaisirs coupables

Samedi dernier (ou était-ce plutôt dimanche?), je suis tombée sur cet article du chroniqueur Hugo Dumas, qui se demande s’il faut se sentir coupable d’aimer une émission de docu-réalité telle que Barmaids :

Au nom de quel principe judéo-chrétien faudrait-il renoncer à ce qui nous décroche des sourires ou nous extirpe de notre quotidien pendant 4, 30 ou 60 minutes ?

Assumons donc nos goûts hétéroclites et rembarrons l’intelligentsia qui regarde de haut ces produits de culture populaire jugés bas de gamme.

Cette réponse a interpellé l’universitaire en moi. Lire la suite « La culture populaire et les plaisirs coupables »