AdlS (32) – Fins heureuses, Space Age et littérature pour adolescents

Parodie, mode et interactions avec les fans font partie de notre billet consacré aux articles (et mémoire de maîtrise) de la semaine. Les sujets abordés sont les suivants : les princesses de Disney, Star Trek, Star Trek : The Next Generation, The Giver, Harry Potter et The Fault in Our Stars.

« “After Ever After”: Social Commentary through a Satiric Disney Parody for the Digital Age » de Kylie Schroeder

Dans cet article, Schroeder s’intéresse à une vidéo du youtuber Paint, « After Ever After-DISNEY Parody », dans laquelle il imagine le sort de quatre princesses de Disney (Ariel, Jasmine, Belle et Pocahontas) après l’habituelle fin heureuse de leur histoire. Même s’il s’agit de princesses plus autonomes que celles des premiers films de princesses Disney (ex. : Blanche-Neige), elles existent dans une société qui définit leur fin heureuse par la présence d’un homme et de l’amour. Selon l’auteure, la vidéo de Paint explore le contraste entre les idéaux de Disney et le monde d’aujourd’hui dans un format reflétant la mondialisation et les avancées technologiques.

« Textiles in Space: A Look Into the Use of Textiles in Space Age Fashion and Star Trek » d’Emily Kimball

Dans cet article, Kimball décrit comment la nature futuriste de la mode Space Age des années 1960 a influencé les designs utilisés dans Star Trek et Star Trek : The Next Generation. Cette mode, qui a influencé des designers tels que Andre Courrèges, Paco Rabanne et Pierre Cardin, fait l’utilisation de textiles synthétiques, rendus plus accessibles grâce au progrès scientifique. Appuyé par les propos de William Ware Theiss et Robert Blackman, concepteurs de costumes, ce texte porte une attention particulière sur l’utilisation des textiles et la création des uniformes de Starfleet.

« Fandom and fiction : adolescent literature and online communities » de Samantha Dunn

Dans ce mémoire de maîtrise, Dunn analyse les approches de trois auteurs par rapport à leur fandom respectif : Lois Lowry (The Giver), J. K. Rowling (Harry Potter) et John Green (The Fault in Our Stars). En effet, l’auteure s’intéresse à la façon dont la montée du fandom, surtout celui en ligne, a créé un nouvel âge pour la littérature destiné à un jeune public. L’écriture de fanfictions et les autres créations de fans font naturellement partie des sujets abordés par ce mémoire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s