Star Wars et le fanatisme (entendu sur QUB radio)

Il y a quelques jours, Facebook affichait une publication commanditée sur mon mur. Une annonce d’une chronique de l’émission radiophonique de Benoît Dutrizac sur QUB radio, avec la phrase suivante : « Le fanatisme qui ressort de l’univers Star Wars à travers le monde ».

Juste en lisant le mot « fanatisme », j’avais un mauvais pressentiment.

Puis, la page Facebook du documentaire Que le fan soit avec toi a partagé cette chronique, en indiquant que Dutrizac qualifie les fans de Star Wars de psychopathes. Ça me donnait encore moins envie d’entendre cet extrait. Malgré cela, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai pris la peine d’écouter la chronique au complet.

Star Wars et fanatisme

Star Wars et ses fans (selon Dutrizac)

Je ne mettrai pas le lien de cette chronique ici, mais pour les curieux, elle est tirée de l’émission Dutrizac du 28 août 2019. Pour ceux qui n’ont pas envie d’écouter cette chronique au complet, je vais transcrire, ci-dessous, quelques extraits à faire rager n’importe quel fan.

Pour mettre en place le contexte, nous retrouvons l’animateur, Benoît Dutrizac, et Anaïs Guertin-Lacroix, qui présente sa chronique culturelle sur les fans de Star Wars. Dès les 30 premières secondes de l’extrait audio, on a Dutrizac qui dit :

Dutrizac : Alors, là, c’est Star Wars… et les psychopathes.

Je ne vais pas m’étendre sur l’association entre les fans et la maladie mentale, mais je vous invite à lire une citation intéressante d’Henry Jenkins dans Textual Poachers : Television Fans and Participatory Culture, que vous pouvez retrouver dans un de mes autres articles. Pour rappel, Textual Poachers a été publié en 1992. Et, encore en 2019, je déplore le fait qu’on associe les fans avec la psychopathie.

Poursuivons.

Guertin-Lacroix : Le film [Star Wars: The Rise of Skywalker] va sortir le 20 décembre prochain. Et… à chaque fois qu’un nouveau film Star Wars, Benoît, on voit des files d’attente, les gens déguisés en Star Wars, avec les sabres et tout ça. Donc, je me suis penchée sur ce phénomène-là.
Dutrizac : Qu’est-ce que ça te fait, toi, de voir des adultes se déguiser en Jedi, en guédailles, pour aller voir un film?
Guertin-Lacroix : Ben, je trouve ça… Mettons, là, je vais être honnête. Être célibataire, je pourrais pas tomber en amour avec un homme qui se déguise pour aller écouter un film de Star Wars.

Pour ceux qui ne sont pas Québécois, « guédailles » est un terme très familier pour décrire des femmes de mœurs légères, ce qui est insultant pour les fans. J’ai comme l’impression que l’animateur et la chroniqueuse ne sont pas familiers avec le cosplay. Et c’est dommage, puisque le cosplay, c’est plus que du déguisement. On n’a qu’à constater ce phénomène dans les événements geeks les plus populaires de la province, comme le Comiccon de Montréal et l’Otakuthon.

Bon, où étais-je rendue? Ah oui! Au moment où Guertin-Lacroix parle de la Star Wars Celebration ainsi que des activités qui s’y déroulent.

Guertin-Lacroix : Et il y a des speed datings, et ça, je trouve ça drôle. […] C’était surtout des gens dans la trentaine, célibataires, qui se sont dit : « Bon, ben, tant qu’à rencontrer, aussi bien rencontrer quelqu’un qui a la même passion que moi. » Et il y a eu beaucoup de couples que ça fonctionne, y’a des familles, y’a des enfants nés de ces speed [rires] datings-là. Voilà! L’annonce est fait, si jamais ça vous tente de rencontrer. Je trouve ça vraiment particulier. Faut que je le dise.
Dutrizac : De quoi tu penses qu’ils se parlent, le matin?
Guertin-Lacroix : Ben, moi, je me dis plus de quoi ils parlent quand ils font l’amour.

Quel mal y a-t-il à trouver une personne qui partage la même passion? Pour certains, c’est Star Wars. Pour d’autres, c’est le voyage ou le sport. En partageant sa vie avec une personne qui a le même mode de vie, il y a moins de risques de conflit. Cela va de soi.

Je ne suis pas une passionnée de Star Wars, mais au moment de rédiger ces lignes, je suis en couple avec un geek depuis plus de 12 ans. Dans notre vie quotidienne, on ne parle pas seulement de jeux vidéo, d’animes ou de films de superhéros. On parle des factures à payer, de nos emplois respectifs, de notre jardin potager dans la cour arrière…

Pour ce qui est de notre vie sexuelle, ce ne sont pas de vos affaires.

Après une discussion sur le mythologue Joseph Campbell, qui a inspiré Georges Lucas, je tombe sur ça :

Guertin-Lacroix : […] Donc, il y a vraiment une philosophie derrière Star Wars. Et, depuis 2001, surtout, y’a le jediisme, qui est un mouvement religieux qui prône l’existence d’une entité qu’on appelle la Force.
Dutrizac : Ben voyons donc! C’est une fiction, c’t’une invention de princes et de princesses et de chevaliers.
Guertin-Lacroix : Ben, y’a 500 000 personnes qui font partie du jediisme. […] Y’a trois églises du Jedi, c’est complètement fou. Donc, y’a vraiment des gens qui ont ce mode de vie là.
Dutrizac : La circoncision au laser, ça fait mal, là. C’est épouvantable!

Je ne sais pas si je devrais me prononcer sur ce segment-là, mais sur les 500 000 personnes qui se déclarent Jedi, combien d’entre eux sont sérieux dans cette démarche spirituelle? Combien d’entre eux l’ont déclaré pour rigoler? S’agit-il d’une forme de contestation contre les autres religions? Nous pourrions débattre longtemps sur cette forme de spiritualité.

Enfin, vers la fin de cette chronique, nous retrouvons une autre forme de jugement.

Dutrizac : Tout ça, c’est une histoire. Et là, les gens en font une religion, donc des croyances. Êtes-vous sérieux? Get a life!

Je rappelle ici qu’il  n’y a seulement que 500 000 personnes qui suivent le jediisme. Et qu’ils ne représentent pas entièrement tout le fandom de Star Wars. Oui, une partie de ce fandom est toxique (notamment par ses messages haineux sur Twitter), mais celle-ci est une minorité.

Est-ce vraiment du fanatisme?

Alors, que retenir de cette chronique? Je pourrais résumer cela par environ neuf minutes d’ignorance dans lesquelles on tourne en ridicule les fans de Star Wars. Du point de vue de Dutrizac et de Guertin-Lacroix, ces fans agissent par fanatisme. En effet, l’animateur et la chroniqueuse perçoivent et imaginent les comportements de ces fans en dehors de la norme de la société :

  • Ils se « déguisent » pour aller voir leurs films;
  • Ils paient des centaines de dollars pour rencontrer leurs vedettes préférées dans une convention;
  • Ils veulent rencontrer des personnes ayant la même passion qu’eux;
  • Ils ne parlent que de leur passion, au point d’affecter leur vie quotidienne et sexuelle;
  • Ils suivent une religion inspirée de Star Wars.

Mais est-ce vraiment du fanatisme? Je vois plutôt ça comme une caricature du fan, qui existe encore malheureusement de nos jours. Certes, certains fans sont plus passionnés que d’autres, mais vous pourriez croiser sur votre chemin un fan de black metal et vous vous ne rendriez pas compte.

Selon moi, les fan studies ont ouvert la porte à une réhabilitation de l’image du fan. Lorsque je suis tombée sur ce domaine lors de ma maîtrise, je me suis reconnue dans ces études. Je me suis revue, moi, adolescente, qui écrivais de la fanfiction et qui aimais partager ses créations avec d’autres fans. Et, à 31 ans, j’écris encore de la fanfiction. Parce que j’aime ça.

En créant ce blogue, je voulais faire connaître les fan studies auprès de mes lecteurs. Par contre, je me rends compte qu’il existe toujours des préjugés sur les fans et je crois que c’est mon devoir de les dénoncer lorsqu’ils se présentent. Et enfin, de renverser ces préjugés en présentant une image du fan plus réelle.

Pour terminer, si vous souhaitez voir une image plus réaliste des fans de Star Wars, je vous invite à suivre la page Facebook de Que le fan soit avec toi , le projet de documentaire de mon collègue Marc Joly-Corcoran. Pour le moment, le film est en montage, mais Marc m’a informée que ce projet, qui suit le parcours de cosplayers et de collectionneurs, aura une durée d’environ 90 minutes. J’ai bien hâte de le voir et de le commenter ici même!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *