Pour que tu mèmes encore (Stéphane Girard) | Bulles pop | Épisode 008

Connaissez-vous les mèmes? Ça tombe bien, puisqu’il s’agit du thème principal du 8e épisode de Bulles pop, alors que nous recevons Stéphane Girard, professeur de littérature et de sémiologie dans le cadre du programme interdisciplinaire en Études des enjeux humains et sociaux de l’Université de Hearst.

L’Université de Hearst, considérée comme la seule université uniquement de langue française en Ontario, se distingue des universités québécoises de différentes façons. Notamment avec ce programme interdisciplinaire, qui rassemble des professeurs ayant une formation en littérature, en sociologie ou en histoire.

« Concrètement parlant, je donne des cours de littérature, de grammaire française, de linguistique française, explique M. Girard. Je dirige des mémoires de spécialisation d’étudiants, par exemple, en psychologie. […] Donc, je me retrouve à porter plusieurs chapeaux en réalité. Si bien que le travail, dans un tel contexte, il se veut généraliste plus que spécialiste, parce qu’on est invités à constamment devoir varier l’offre de cours ».

Fort d’une formation en sémiologie, ses recherches portent principalement sur l’inscription de la subjectivité dans la littérature francophone expérimentale et la culture populaire contemporaires, comme le démontrent ses ouvrages les plus récents (Poétique du mixtape, Moi et ma fascination de moi. Figures du narcissisme dans la culture pop).

« Peu importe le type d’œuvres auxquelles je vais m’intéresser, ce qui va venir me chercher, sur le plan méthodologique, qu’est-ce qui suscite l’envie d’approfondir, de décortiquer, d’analyser, ce sont les manières dont le sujet créateur s’inscrit dans ces œuvres, dans le texte. »

Un autre sujet qui intéresse aussi M. Girard, c’est le partage d’une expérience. Une expérience qui peut devenir entièrement numérique, notamment lorsqu’on pense aux partages de mèmes.

Mais qu’est-ce qu’un mème, au fait? M. Girard raconte que la notion de mème vient initialement de la biologie évolutive, avec les travaux d’un éthologue britannique, Richard Dawkins.

« Il posait l’hypothèse que, ce qui caractérise notre espèce, c’est entre autres le fait qu’on aurait trouvé des manières de s’imiter les uns des autres de façon très efficace. »

Ainsi, les humains parviennent à faire circuler des idées d’un cerveau à un autre sous forme de mèmes, de « messages ». « C’est comme si on se partageait des instructions abstraites d’un individu à l’autre », résume M. Girard.

Qu’en est-il du mème numérique?

« Quand on parle de mème, désormais, on parle d’un artefact numérique, donc une image, qui elle aussi se propage d’une personne à l’autre, donc d’un usager à l’autre. […] Sauf que cette fois-là, il n’existe que par l’intermédiaire des dispositifs numériques, donc on y accède par l’intermédiaire de nos divers écrans. »

Au cours de l’entrevue, M. Girard soulève une notion intéressante, soit celle de la prosommation, sur laquelle repose la production de mèmes :

« […] dans l’univers mémétique, on produit et on consomme les mèmes tout à la fois. Donc, cette idée de prosommation là, elle est reliée au principe même du Web 2.0, le fait que désormais, lorsqu’on consulte un site, on est de moins en moins amenés à être de simples récepteurs passifs, mais on est également des producteurs de contenu en ligne, parce qu’on est invités à commenter diverses publications. »

Ainsi, les mèmes produits peuvent correspondre à différents usages, que ce soit pour faire rire ou pour prendre une position politique. D’autres fois, les mèmes sont liés à nos goûts ainsi qu’à notre idée. M. Girard prend pour exemple les mèmes qui portent ou qui sont inspirés de la chanson Africa de Toto (mèmes analysés par Patrick Couture dans le collectif Pour que tu mèmes encore) :

« Et là, on peut aussi voir qu’en ligne, il circule des mèmes qui portent sur le fait que la chanson Africa de Toto, elle est vraiment géniale. Et de tripper […] sur la chanson de Toto et de produire des mèmes, ça signale que je suis ou que l’usager qui produit ces mèmes-là est un fan, mais qui, en même temps, partage avec un ou quelques proches une expérience privée, mais qui devient de l’ordre de l’inside joke, de la blague partagée. Et ça permet donc de créer un lien entre les individus. »

Pour en savoir plus sur les mèmes, nous vous invitons à consulter Know Your Meme, une ressource citée par M. Girard et qui retrace les origines de mèmes les plus populaires.

Pour lire la critique du livre :
Nous sommes fans

Pour vous procurer le livre :
Les libraires (lien affilié)

Bulles pop est disponible sur les plateformes suivantes :
Ausha
Apple Podcasts
Google Podcasts
Spotify

Pour soutenir financièrement le balado et avoir des nouvelles exclusives :
Patreon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.