AdlS (22) – Réalisme, guerre froide et bandes sonores

Bonne nouvelle pour les amateurs d’études francophones : cette semaine, nous avons retenu un article venant tout droit d’une nouvelle revue consacrée aux figures, aux théories ainsi qu’aux pratiques de l’imaginaire. Sans plus attendre, les sujets abordés par les articles sont les suivants : 19-2, Fantastic Four, Black Panther, The Lord of the Rings et The Hobbit.

« Réalisme et télévision. Le « faux pas » de 19-2, ou quand une série sort du cadre de sa sérialité » de Sébastien Roldan

Cet article, publié dans la nouvelle revue Captures, s’intéresse au mini-scandale médiatique suivant la diffusion du premier épisode de la deuxième saison de la série télé québécoise 19-2. Cette série, qui a été saluée par la critique journaliste, entre autres pour le réalisme des situations vécues par des policiers montréalais, a fait le pari audacieux d’aborder le sujet d’une tuerie dans une école secondaire, un sujet également traité dans des films tels que Elephant et Polytechnique. Au long de cet article, Roldan se penche sur la notion de réalisme et croit que c’est la « manière » dont Podz (le réalisateur de la série) a traité le sujet qui expliquerait cette polémique.

« ‘Introducing the Sensational Black Panther!’ Fantastic Four #52–53, the Cold War, and Marvel’s Imagined Africa » de Martin Lund

Dans cet article, Lund analyse deux numéros du comic book Fantastic Four, parus en juillet et août 1966, dans lesquels Black Panther, le premier superhéros noir de Marvel, fait son apparition. Il s’agit d’une contribution à l’étude du traitement du tiers-monde dans les comics books américains, en particulier ceux de Marvel Comics, en tenant compte du contexte de la guerre froide. En effet, selon l’auteur, Black Panther est rhétoriquement « américanisé » pour mieux répondre aux conceptions de soi américaines et pour atténuer les inquiétudes ce que la récente décolonisation de l’Afrique pourrait signifier pour les États-Unis.

« Middle-earth music: The sonic inhabitation of a fantasy world » de Daniel White

Dans ce récent numéro de Participations. Journal of Audience & Reception Studies, White examine la consommation de bandes sonores liées à la Terre du Milieu par les fans, incluant celles de Howard Shore pour les trilogies The Lord of the Rings (2001-2003) et The Hobbit (2012-2014). En utilisant la méthodologie de l’ethnographie du web, l’auteur a utilisé les données d’un questionnaire répondu par 229 personnes, dont 85 s’identifiant comme des fans « les plus extrêmes ». Il est d’ailleurs intéressant de noter que non seulement ces fans sont les plus conscients de l’existence de bandes sonores de la Terre du Milieu non composées par Shore, mais qu’ils ont aussi tendance à en consommer plus que les fans moins engagés. Pour plusieurs personnes, ce monde bâti par la musique fonctionne en tant que pays imaginaire ou spirituel dans lequel elles sont transportées et qui fournit plusieurs bénéfices personnels et pratiques.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s