Québec 80 (Tristan Demers) | Bulles pop | Épisode 009

Et si on donnait un peu d’amour à une décennie mal-aimée? En ce mois de l’amour, le 9e épisode de Bulles pop reçoit comme invité Tristan Demers, coauteur du livre Québec 80, : la pop culture pour les irréductibles nostalgiques du cube Rubik, des vêtements fluos et de Peau de banane.

Grand lecteur de bande dessinée depuis son jeune âge, M. Demers consommait beaucoup de bandes dessinées franco-belges : Tintin, Astérix, Boule et Bill, Gaston Lagaffe…

« Alors, je lisais, j’aimais ça, j’étais fils unique, à une époque où on n’avait pas d’écrans. Et comme je n’étais pas très sportif, je bricolais, je dessinais beaucoup. Et puis, à l’âge de 7 ou 8 ans, je faisais déjà mes petites BD, que je photocopiais, distribuais à mes amis. »

En 1983, à l’âge de 10 ans, M. Demers a créé son personnage, Gargouille, à une époque où la bande dessinée québécoise passait principalement par les périodiques comme Croc ou Safarir. Il était également possible de se procurer Pif Gadget ou Le Journal de Mickey, mais seulement six mois plus tard après la date de publication.

Malgré tout, M. Demers est heureux de constater que la bande dessinée est mieux accueillie de nos jours :

« [On] n’a plus le préjugé qu’on avait il y a 30 ou 40 ans, alors qu’on croyait que la BD, c’était des petits comics qui n’étaient pas de la vraie lecture. Puis, contrairement aux Français ou aux Belges, on avait été nourri aux BD qu’on retrouvait dans les journaux, les suppléments jeunesse du samedi. […] Fait qu’on avait l’impression que c’était des petites jokes de coups de pied au derrière, de tarte à la crème, et que ce n’était pas sérieux, alors qu’on utilisait déjà la BD comme outil de pédagogie en Belgique. »

Toujours sous l’angle des préjugés, M. Demers offre une réflexion intéressante sur les années 80, qu’on a souvent vues de manière péjorative :

« […] plus le livre avançait, dans sa production, plus on réalisait qu’on avait malmené il y a 10, 15 ou 20 ans cette décennie-là en ne parlant que des costumes extravagants, des coiffures horribles, qui reviennent de toute façon […] On malmenait ça, cette décennie-là il y a 20 ans, parce qu’on n’avait pas assez de recul pour se rendre compte à quel point cette théâtralité hyper assumée de la part des artistes était précieuse […] Avec le recul, je me dis c’est un gros party où on était peut-être moins conscient de l’environnement ou du regard de l’autre, mais ça nous permettait […], sur le plan créatif, d’y aller all-in, comme on dit. »

Parmi les extravagances et les innovations artistiques, notons l’arrivée du vidéoclip, qui contribuait à la mise en marché de l’image des artistes.

« Je me souviens avoir été chez un de mes amis quand j’étais en 6e année, parce qu’on savait que vendredi, le nouveau clip de [Michael] Jackson sortait. Donc, il y avait cette espèce de rendez-vous, d’anticipation aussi. »

Et c’est entre autres pour retrouver cette espèce de rendez-vous, à la manière de retrouvailles d’étudiants du secondaire, que M. Demers a contacté Jean-Sébastien Girard, animateur de JS Tendresse, pour lui proposer un projet de livre. Un livre qui aura pris un an à écrire, pendant la pandémie de COVID-19.

« [Au] début, ce livre-là, on voulait le faire dans des soirées bien arrosées, avec des vieux 33 tours, des vieilles revues 7 jours. Tu sais, on avait envie de feuilleter tout ça, de rigoler, d’écouter des tounes, de déconner, de prendre des notes. On ne l’a jamais fait. On ne l’a jamais fait. On le fait de temps en temps par Zoom, mais ce n’est pas pareil. »

Toutefois, M. Demers reconnaît que la pandémie a contribué au succès du livre, puisqu’il est prouvé qu’on a tendance à se tourner vers le passé dans des moments où l’avenir nous semble incertain.

Avec un tel succès, M. Demers a exprimé une envie de créer une trilogie en ajoutant un livre sur les années 70, mais aussi sur les années 90. Nous croisons les doigts pour que ces projets puissent se réaliser.

Pour lire la critique du livre :
Nous sommes fans

Pour vous procurer le livre :
Les libraires (lien affilié)

Bulles pop est disponible sur les plateformes suivantes :
Ausha
Apple Podcasts
Google Podcasts
Spotify

Pour soutenir financièrement le balado et avoir des nouvelles exclusives :
Patreon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.